Bikerafting in France - Grande traversée du Jura

Bikerafting, Packrafting Trips -

Bikerafting in France - Grande traversée du Jura

VTT de Mandeure à Bellegarde
Packraft la Valserine / le Rhône et en grande majorité le Doubs

10 jours (possibilité d’itinéraire plus court)

Auteur: Joseph Clergue

L’itinéraire décrit ci dessous peut être bien évidement perfectionné et ne fait pas office d’un topo finit.

Je vous recommande de bien vous renseigner sur  le niveau des eaux et également des risques de montées brusques de leurs niveaux engendré par les barrages hydroélectriques

Certains rapides décrits ci dessous peuvent êtres compliqués pour la pratique du Bikeraft et il vous faudra être préparé/équipé à l’éventualité de boire la tasse.

tel: barrage hydroélectrique du Refrain: 0381965521

Octobre 2020

Départ de Mandeure au sud de Montbéliard pour 5 première journée de vtt en suivant l’itinéraire de la GTJ.

Bikerafting

Le parcours est dès le début assez technique du aux conditions plutôt humides avec des dénivelés importants surtout si l’ont doit porter son packraft en plus de son équipement. certains passages se feront donc en poussant le vélo.
Une première étape est possible à Fessevilliers ou un refuge avec cuisine et douche est ouvert pour 9euros/nuits. Cette étape est parfaite pour une grosse demi-journée.

La suite du parcours VTT est tout simplement le cheminement du balisage GTJ VTT -très bien balisé -
La partie traversant les gorges du Doubs est magnifique durant cette période automnale, de plus, le long des gorges, de nombreux emplacements de bivouac avec modules en bois (chaises/tables) et parfois grilles de barbecue sont à disposition ainsi que de nombreux refuges et abris- très arrangeant quand il s’agira de descendre cette portion du Doubs avec le Packraft.

L’arrivée à  Morteau  après un passage au saut du Doubs marquera la transition entre le Doubs et le début du Jura.

Il est possible et peut-être recommandable d’utiliser l’itinéraire « route » pour cette partie plus urbanisée et gagner ainsi du temps.
Une autre option (Peut être la plus intéressante) pour un parcours plus cours est, d’initier a partir de Morteau un retour jusqu’aux alentours de Fessevilliers par la descente du Doubs en Kayak depuis l’écluse du Châtelot. (Partie Kayak expliquée plus bas).

La partie Jura de cette GTJ sera (fin octobre) très humide et froide, les nuits parfois plus compliqués que dans le doubs et les abris/refuges moins nombreux et moins bien indiqués à mon gout.

Bikerafting Jura

Je sortirai enfin mon Packraft sur  "les Pertes de la Valserine  » juste avant Bellegarde. Pour pouvoir naviguer dans les pertes de la Valserine, il faudra crapahuter un petit peu entre les rochers pour trouver un endroit adéquat pour la mise à l’eau.

Après les magnifiques mais cependant très courtes « pertes de la valserine », il faudra passer un petit barrage. juste ensuite, le cours d’eau se fera beaucoup plus technique avec des passages de rapide engagés en Bikeraft (selon moi) ou il faudra être préparer  à boire la tasse si le vélo coince un petit peu entre les rochers. Pour ma part je me retourne à deux reprises consécutives et avec une météo plus que moyenne, ce n’est pas forcément la meilleure idée. Il sera probablement plus sage de naviguer directement sur le Rhône après Bellegarde pour se mettre en jambes d’une façon plus progressive.

Bikerafting

Il est ensuite possible de naviguer sur le Rhône jusqu’au barrage de Génissiat.
Cependant, il est important de noter que cette partie (navigation sur cette portion du Rhône) n’est pas d’une grande beauté et je pense qu’il est intéressant de travailler sur un itinéraire bis en rejoignant bien plus en Amont le Rhône, quitte à ne pas respecter le tracé de la GTJ sur la Partie Jura et couper plus tôt pour rejoindre le Rhône bien plus en Amont vers Genève (par exemple)

Pour La suite du tracé et donc, la remontée de cette traversée en Packraft, il faudra ensuite rejoindre le Doubs à Hauteur de Morteau soit par la route, soit en mettant le vélo dans le ter.

*Si la partie Jura de cette traversée est selon moi et à ce stade, moins intéressante ou encore au stade d’ébauche dans une optique de Bikerafting, la partie à suivre qui est la descente par les eaux des gorges du doubs est, elle à ne pas louper.

Depuis Morteau, je roule jusqu’à une position légèrement en aval du saut du doubs ou je tâtonne pour trouver une zone adéquate de mise à l’eau. Je jette mon dévolu sur L’écluse de Châtelot (visible sur maps.me)  située juste après le barrage du châtelot et donc le lac de Moron, lui même navigable si le temps vous le permet.

L’accès à l’écluse se fait par le village « Le pissoux » il vous faudra descendre la route en direction du Doubs après le village et suivre les indications « écluse » qui vous feront emprunter un GR escarpé ou il faudra a quelques reprises porter / pousser votre vélo.

Cette première partie de la descente du Doubs est très sauvage et splendide, les petits rapides du débuts s’intensifieront rapidement avec quelques passages techniques sur les premiers kilomètres ou j’aurai le privilège de boire la tasse encore plusieurs fois avant que le parcours de l’eau ne se calme pour laisser place à une longue portion de navigation beaucoup plus tranquille ou mes yeux en profiteront pour admirer un paysage sauvage et magnifique.

Ma première journée de navigation s’arrêtera assez tôt au niveau de « La Rasse » juste avant Biaufond ou je profite des derniers rayons de soleil pour faire sécher l’équipement qui n’a pas été ménagé en amont.

Je reprends ensuite le vélo pour passer la courte portion du Doubs entre Biaufond et le barrage du Refrain qui est selon moi sans grand intérêt.
Arrivé au barrage, je me rend vite compte que la portion entre celui et la central juste en aval est elle aussi non navigable et je décide de passer la nuit dans la chapelle abandonnée de la Centrale hydroélectrique du Refrain.

Le lendemain j’effectue une mise à l’eau une centaine de mètres après l’infrastructure pour naviguer dans un décor toujours aussi unique jusqu’à « La Goule » ou il faudra sortir le kayak pour le remettre à l’eau juste derrière et ce, jusqu’a hauteur du « Theusseret » ou il vous faudra à nouveau porter votre équipement de Bikerafting pour passer un petit barrage.

Rapidement après ce portage vous trouverez une zone slalome de kayak très amusante selon le niveau d’eau et qui, était passée sans trop de problème pour mon équipement et moi-même après un petit repérage à pied (très utile) pour visualiser le tracé le plus optimal entre les rochers et ainsi ne pas coincé votre vélo sur les passages escarpés.

S’en suit après la traversée du « Goumois » et quelques kilomètres plus loin, le passage d’un petit barrage qui, si vous l’attaquez par la droite devrait passer.

Ce dernier passage marque pour moi la fin de la portion navigation sur le Doubs. (il est bien évidement possible de continuer plus en aval)

Bikerafting

Ce débarquent me permet de rejoindre l’auberge de Fessevillier avant la nuit (malgrès un dénivelé positif important pour rejoindre celle ci ) ou je pourrai recharger mes batteries avant ma dernière journée/ demi journée de VTT pour rejoindre mon point de départ et la l’arrivée de cette traversée : Mandeure.


Hinterlasse einen Kommentar

Bitte beachte, dass Kommentare vor der Veröffentlichung freigegeben werden müssen

DE
DE